Les passeurs de Portugais

Il y avait aussi de la contrebande pour passer des gens, on faisait passer beaucoup de Portugais. Cette contrebande était organisée, mais elle n'avait pas bonne réputation. La contrebande ne les a pas enrichi·e·s. Il y a eu de la contrebande de Portugais sur toute la frontière.

Témoin(s) : Joaquin Arizaga

Commune : Biriatou

Fonds d'archives : Archives "Euskal Herriko Ahotsak" - Ahotsak.eus

Collection(s) : Iparraldeko ahotsak

Collecteur(s) : Xan Aire

Date : 09-03-2010

Durée : 0:04:02

Référence : BTU-003-17

Code d'archives de l'association Badihardugu (Ahotsak.eus) : BTU-003-17

Thème(s) : Contrebande


Droits et conditions de reproduction

Les contenus de cette page sont sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 2.0).

Vous êtes autorisé(e) à partager et à adapter ce contenu. Vous devez cependant le créditer (CC BY-SA 2.0 - www.ahotsak.eus), intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées au contenu. Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant le contenu original, vous devez diffuser le contenu modifié dans les même conditions, c'est à dire avec la même licence avec laquelle le contenu original a été diffusé.

Joaquin Arizaga

Joaquin est né à Hendaye et vit à Biriatou. Ses parents étaient réfugiés de la guerre civile, tous les deux originaires du Gipuzkoa. Mais Joaquin a été élevé par une femme de Biriatou. Il a apprit récemment l'histoire de son père : après avoir combattu contre Franco, il se réfugia en France, à Bordeaux. Là-bas, il s'engagea dans la résistance et participa à des attaques contre les Allemands. Mais il fut dénoncé, emprisonné et mourut en prison. Sa mère, en revanche, resta à Saint-Sébastien. Joaquin a également des souvenirs personnels de la Deuxième Guerre Mondiale, ainsi que de la contrebande. Il est amateur de pelote.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.