Les relations entre charpentiers

Il n'y avait pas de concurrence entre les différents chantiers. Seuls comptaient les compétences de chacun et le travail fourni.

Témoin(s) : Dominique Douat

Commune : Ciboure

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Patrimoine maritime basque

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 21-01-2010

Durée : 0:00:42

Référence : 68-22

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 18AV100

Thème(s) : Charpentier-Menuisier, Construction navale


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque (sur rendez-vous). Il le sera aussi, à terme, dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous).

Dominique Douat

Dominique Douat est né le 27 septembre 1912 à Ciboure, à la colline de Bordagain, dans une famille de six enfants. Ni ses parents, ni plus tard ses beaux-parents ne voulaient qu'il soit pêcheur, tellement le métier, à une époque, était dur.Dominique s'est donc tourné vers la charpente de marine, s'installant à son compte dès 1941. Il a participé au passage de la pêche à la sardine à celle du thon, avec notamment dès 1947 l'installation de viviers, d'abord sur le pont puis intégrés à la coque. Le travail a toujours été son maître-mot. Il s'est marié et père de trois filles. Au moment de l'enregistrement, il a 97 ans et se promène encore sur son vélo le long du port de Ciboure !

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.