Occupation ; déportation à Berlin

Témoin(s) : Albert Kaempf

Commune : Ciboure

Fonds d'archives : Archives de la commune de Saint-Jean-de-Luz

Collection(s) : Mémoire collective de Saint-Jean-de-Luz

Collecteur(s) : Xan Aire

Date : 20-07-2012

Durée : 0:08:29

Référence : DL-12-5

Code d'archives de la ville de St-Jean-de-Luz : 1AV292

Thème(s) : Seconde Guerre mondiale (1939-1945), Récits historiques


Droits et conditions de reproduction

© Commune de Saint-Jean-de-Luz

Albert Kaempf

Albert Kaempf est né le 31 mars 1921 à Itxassou, dans une famille d'origine alsacienne.

Son grand-père paternel alsacien, ayant choisi la nationalité française après la guerre de 1870, s'installe à Bayonne comme militaire au 49ème régiment d'infanterie. Il épouse une cantinière et de leur union naissent 7 enfants (4 filles et 3 garçons, dont deux tués à la guerre de 1914-1918).

Le père d'Albert, né à Espelette, est douanier et parle basque couramment. Après deux ans passés à Itxassou, la famille s'installe au quartier d'Olhette à Ascain pendant 5-6 ans. Albert perd sa mère à l'âge de 4 ans, puis son père se remarie. 

Albert va d'abord à l'école d'Olhette (il parle basque avec ses amis) puis à Saint-Jean-de-Luz et intègre ensuite l'école normale de Lescar pour être instituteur. Il est nommé à Lantabat, Saint-Jean-de-Luz, Guéthary, Ciboure, Souraïde. Il est ensuite professeur d'éducation physique après une formation de cinq ans à l'Institut national des sports de Paris. 

Sportif accompli, Albert est champion universitaire de pelote basque ainsi qu'international de rugby, sélectionné au rugby à XV et au jeu à XII, et cotoie le célèbre joueur Jean Dauger. 

Pendant la guerre de 1939-1945, réquisitionné durant deux ans en Allemangne dans le cadre du Service du Travail Obligatoire (STO), il se retrouve à Berlin lors du bombardement du 6 février 1945. 

Depuis sa plus tendre enfance, il nourrit une passion pour la musique et, après avoir joué de l'harmonica, du galoubet et de l'accordéon, il privilégie la guitare. Après-guerre, il prend la direction de l'Estudiantina Donibandarrak de Saint-Jean-de-Luz et durant 50 ans, il transmet sa passion en enseignant la mandoline et la guitare. José Arrizabalaga lui succède en 1996.

Aujourd'hui handicapé par une prothèse de hanche déficiente et limité dans ses déplacements, il écoute les enregistrements de l'Estudiantina avec sa femme. 

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.