Les jeunes et la cultre populaire

Je trouve que les jeunes d'Itxassou se sont vraiment impliqués pour la cavalcade. Les jeunes du groupe de danse ont trouvé l'idée géniale, même les très jeunes qui n'ont que quinze et seize ans ont de suite souhaité participer.

Ceux qui ont une vingtaine d'années n'étaient pas très enthousiastes au début, mais dès que les répétitions ont commencé, une dynamique s'est créée et ils ont réalisé que tout le village bougeait et que cela permettait de renouer les relations entre les habitants. Nous connaissons les villageois mais nous n'avons pas forcément de relations avec eux. Grâce à la cavalcade, les relations se créent entre tout le monde, les jeunes se bougent et les gens plus âgés encore plus. C'est vrai que l'on entend souvent que la jeunesse ne bouge pas, ne s'implique pas dans des projets de nos jours ; nous, à Itxassou, nous avons montré que beaucoup de jeunes se sont bougés et que nous avons aussi fait bouger le village, avec nos moyens.

Témoin(s) : Maiana Aguerre

Commune : Itxassou

Fonds d'archives : Archives de l'Institut culturel basque

Collection(s) : Entretiens "Témoins de la culture basque"

Collecteur(s) : Jasone Iroz

Date : 21-08-2019

Durée : 0:01:52

Référence : EKL-11-9

Code d'archives de l'ICB : EKL-11-9

Thème(s) : Culture, La jeunesse


Droits et conditions de reproduction

© Institut culturel basque

Tous droits réservés. Merci de contacter l'Institut culturel basque pour toute utilisation de contenus figurant sur cette page.

Maiana Aguerre

Maiana Aguerre (Bayonne, 1997) n'a que dix ans quand sa professeure de violon lui propose de jouer pour la première fois à la cavalcade à l'occasion des fêtes d'Itxassou, en 2007. Consciente de l'impact de cette première expérience, elle a repris maintenant le flambeau et organise avec un groupe d'ami(e)s du village la cavalcade 2019. Elle nous parle de son village, des jeunes, des traditions et en profite pour tordre le coup à certains préjugés.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.