Sauts basques : titres, origine et corpus des mélodies

Lekukoa(k): Michel Aurnague

Michel Aurnague s’est toujours méfié de la relation établie entre le nom de certains sauts et leur origine. Guilcher, en parlant de sauts basques comme Milafrangarrak ou Azkaindarrak, les désigne en tant que sauts « présumés » labourdins. Il prend pour exemple les sauts appelés Lapurtar luzeak ou Baztandarrak : cette deuxième appellation ne signifiait pas qu’ils étaient dansés par les habitants du Baztan qui, eux, dansaient mutil dantza. Autre exemple : les sauts supposés venir du Labourd, tels que Milafrangarrak, avaient leur « bastion » en Basse Navarre, notamment à Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Étienne-de-Baïgorry et jusqu’en pays d’Ostabarret. Le Labourd était en fait une province à conquérir, et ces noms étaient donnés justement pour attirer ces territoires.


Témoin(s) : Michel Aurnague

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 24-10-2014

Durée : 0:12:03

Référence : 223-13

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19 AV 1496

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-1498

Thème(s) : Danse, Chant et musique


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.