Mascarade souletine : perte de la symbolique

Jean-Pierre Récalt nous explique la façon de tenir le Branle que lui a enseigné Garat-Arhane. Les noirs (Bohémiens et chaudronniers) doivent tourner autour du cercle pour le protéger et empêcher qu’une personne extérieure au cercle ne coupe le Branle. Il donne l’exemple de la mascarade d’Alçay de 1970. Des rumeurs ayant rapporté que les jeunes de Larrau comptaient couper le Branle, les mascaradiers s'organisèrent le mieux possible pour protéger le Branle, mais rien ne se produisit.

Témoin(s) : Jean-Pierre Recalt

Commune : Alçay-Alçabéhéty-Sunharette

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collecteur(s) : Maddi Oihenart

Date : 25-04-2013

Durée : 0:05:20

Référence : 182-13

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19 AV 1105

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-1107

Thème(s) : Mascarade


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Jean-Pierre Recalt

Jean-Pierre Recalt est né le 13 avril 1952 à Saint Estèphe (Gironde). Ses parents travaillaient dans le vignoble. La famille revient à Alçay lorsqu'il est âgé de 6 mois. Jean-Pierre a deux frères et une soeur. Il débute sa scolarité à l'école privée d'Alçay. L'abbé Errezarret qui y donne des cours, joue un rôle prépondérant dans l'initiation des jeunes à la danse et au chant, ainsi qu'à leur sensibilisation à la langue et la culture basques. Grâce à l'abbé Marcel Errezarret, et accompagné de Pierre Aguer Garat Arhane, joueur de tambour et maître de danse renommé, Jean-Pierre apprend donc à danser, et participe pour la première fois à la mascarade en 1970, en tant que Txerrero. Dès lors, il commence à son tour à enseigner.

À Alçay, mascarades (1970, 1976, 1991, 1998) et pastorales (1973, 1989, 1999) se succèdent. Accompagnés des musiciens P. Aguer "Garat Arhane" et Pierre Bordaçarre Etxahun-Iruri, le groupe d'Aitzindari, les cinq meilleurs danseurs, sont sollicités de toutes parts, comme le sont d'ailleurs les danseurs souletins en général, dont la technique de danse attire la curiosité des danseurs non souletins. Au cours de son riche parcours, Jean-Pierre est devenu l'un des errejent de pastorales les plus prolifiques de Soule.

Depuis 1991, il est metteur en scène de treize pastorales. Il possède une connaissance solide, précise et pointue de la danse et des pratiques dansées souletines, qu'il est toujours prêt à communiquer et à transmettre.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.