Bralia : cause de l'abandon de la pratique

Jacques Jaragoyhen raconte comment le Brale a cessé d’être donné intégralement dans les mascarades présentées par Aussurucq. En 1904, les jeunes d’Aussurucq se rendirent au village voisin de Camou-Cihigue pour y donner la mascarade. Mais au moment du Branle, lorsque les mascaradiers invitèrent les filles du village-hôte à rentrer dans le cercle, les jeunes de Camou s’y opposèrent et provoquèrent une bagarre. Le cheval du Zamaltzain fut cassé, et la mascarade interrompue. L’année suivante, ce fut au tour des jeunes de Camou-Cihigue de se rendre à Aussurucq pour y donner leur mascarade. Mais dès la barricade à l’entrée du village, les jeunes d’Aussurucq provoquèrent une bagarre et renvoyèrent les mascaradiers chez eux. Finalement en 1909, pour calmer les esprits, les jeunes d’Aussurucq qui organisent de nouveau la mascarade décidèrent de raccourcir le Branle en enlevant la partie au cours de laquelle les filles sont invitées.


Témoin(s) : Jakes Jaragoyhen, Battitte Queheille

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 14-06-2013

Durée : 0:03:03

Référence : 187-7

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19AV1193

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-1195

Thème(s) : Chant et musique, Mascarade


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.