La contrebande et la clandestinité à Hendaye

Il a fait de la contrebande depuis tout petit et il explique comment ils passaient de l'argent en contrebande. A Hendaye, la contrebande permettait de gagner un peu d'argent. Pour aller passer les vacances d'été dans sa famille de Pasaia, Andoni passait la frontière clandestinement, puisqu’il n'avait pas de passeport.

Témoin(s) : Andoni Etxarri

Commune : Hendaye

Fonds d'archives : Archives "Euskal Herriko Ahotsak" - Ahotsak.eus

Collection(s) : Iparraldeko ahotsak

Collecteur(s) : Xan Aire

Date : 22-12-2009

Durée : 0:03:41

Référence : HEN-003-22

Code d'archives de l'association Badihardugu (Ahotsak.eus) : HEN-003-22

Thème(s) : Contrebande


Droits et conditions de reproduction

Les contenus de cette page sont sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 2.0).

Vous êtes autorisé(e) à partager et à adapter ce contenu. Vous devez cependant le créditer (CC BY-SA 2.0 - www.ahotsak.eus), intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées au contenu. Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant le contenu original, vous devez diffuser le contenu modifié dans les même conditions, c'est à dire avec la même licence avec laquelle le contenu original a été diffusé.

Andoni Etxarri

Ses parents étaient réfugiés. A l'époque, les réfugiés étaient mal vus, et, comme le raconte Andoni, on se moquait de leurs enfants à l'école. A Paris, il a vécu dans le milieu basque. C'est l’un des fondateurs de l'entreprise Sokoa et de l'ikastola d'Hendaye. Après la Deuxième Guerre Mondiale, lorsqu'il était enfant, on l'habilla en Olentzero pour un spectacle. Dès son plus jeune âge, il a fait de la contrebande avec son père. Il s'occupe aussi du patrimoine marin.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.