La répercussion de l'heure des bals de nuit sur les pratiques festives

Le média correspondant à cette séquence n'est pour le moment pas disponible en ligne. Contactez-nous afin d'obtenir davantage d'informations.

L'heure de clôture du bal, fixée à deux heures du matin à partir de 1970, passa à cinq heures du matin vers 1980, avec l'arrivée de groupes provenant du Pays basque espagnol (Joselu Anaiak, Egan, Oker). Cette heure tardive modifia les habitudes des habitants qui participèrent de moins en moins aux animations de jour. L'apéritif dansant après la messe dominicale disparut peu à peu. Peio se remémore l'époque révolue des fêtes d'Irouléguy devant un fronton noir de monde, sous la neige.

Témoin(s) : Peio Jaury, Henri Uhaldeborde

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collections de témoignage(s):

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 16-02-2012

Durée : 0:02:38

Référence : 142-20

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19AV200

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-200

Thème(s) : Vie de la commune, Festivités, Danse, Chant et musique


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.