Embauchée à la conserverie Elissalde

La soeur d'Annie Irazoqui était déjà employée à la conserverie Elissalt ; Annie elle-même y avait travaillé en 1935. Au décès de ses parents (1939), Annie écrivit de Bretagne à Mme Moreau, gérante de l'usine, pour lui demander d'y être embauchée. En guise de réponse, celle-ci lui envoya l'argent du billet.

L'armateur Elissalt, possédant plusieurs bateaux, avait créé la conserverie pour transformer sa pêche. Quand le poisson manquait, il le faisait venir de Bretagne.

Témoin(s) : Annie Irazoqui

Commune : Saint-Jean-de-Luz

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Patrimoine maritime basque

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 07-05-2010

Durée : 0:01:45

Référence : 83-14

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 18AV399

Thème(s) : Conserveries, Les femmes et le monde du travail (hors du foyer)


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque (sur rendez-vous). Il le sera aussi, à terme, dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous).

Annie Irazoqui

Annie Irazoqui est née le 15 décembre 1921 en Bretagne, à Plouhinec. Son père était pêcheur et sa mère, ouvrière de conserverie. La famille est venue s'installer à Saint-Jean-de-Luz sur les traces de la sur aînée d'Annie, mariée dans cette ville. Annie a commencé à travailler très jeune en conserverie, d'abord en Bretagne, puis dans deux conserveries basques jusqu'en 1955. Elle a effectué ensuite jusqu'à sa retraite (1987) des travaux saisonniers entre Saint-Jean-de-Luz et Paris où son fils s'était installé en 1970. Mariée à un basque d'Urdax (Urdazubi) en 1944, Annie fut veuve très jeune, en 1952, et dut se battre pour élever ses deux enfants.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.