Il a eu un instituteur et un curé violents.

Si l'école avait été en basque, il·elle·s n'auraient pas appris le français. Il a vite appris le français. L'instituteur les punissait pour avoir parlé en basque et pour toute sorte d'autres raisons. C'était un homme très violent, un ancien militaire. Le curé aussi était violent. Au catéchisme, il le faisait souvent rester à genoux.

Témoin(s) : Leon Arambel

Commune : Aldudes

Fonds d'archives : Archives "Euskal Herriko Ahotsak" - Ahotsak.eus

Collection(s) : Iparraldeko ahotsak

Collecteur(s) : Xan Aire

Date : 03-08-2010

Durée : 0:03:06

Référence : ALD-002-31

Code d'archives de l'association Badihardugu (Ahotsak.eus) : ALD-002-31

Thème(s) : Scolarité, Situation de la langue basque


Droits et conditions de reproduction

Les contenus de cette page sont sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 2.0).

Vous êtes autorisé(e) à partager et à adapter ce contenu. Vous devez cependant le créditer (CC BY-SA 2.0 - www.ahotsak.eus), intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées au contenu. Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant le contenu original, vous devez diffuser le contenu modifié dans les même conditions, c'est à dire avec la même licence avec laquelle le contenu original a été diffusé.

Leon Arambel

Propriétaire d'Iputxainea. Enfant, il a fait de la contrebande avec sa mère. Ils allaient à Elizondo en cachette, de jour, vendre les produits de la maison, en évitant les douaniers espagnols. Il a également fait de la contrebande durant sa jeunesse et a vécu l'occupation allemande. Mais l'étape la plus importante de sa vie fut son séjour aux États Unis. Il n'y a pas autant souffert que d'autres, même s’il perdu son frère dans un accident d'avion, en route vers l’Amérique.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.