Renouveau d'Olentzero : l'action des ikastolas du Pays basque français

"A mon arrivée à Bayonne en 1969, j’allai au Musée Basque et je m’entretins en ces termes avec Eugène Goyhenetche et Jean Haritschelhar :

En dehors du Père Noël, comment célébrez-vous Noël en Pays Basque nord ? Qui apporte les cadeaux ? En Pays Basque sud, nous avons le personnage d’Olentzero, avez-vous quelqu’un de similaire ?

- Ici, l’Enfant Jésus apporte une orange et quelques chocolats, mais nous ne connaissions pas de personnage particulier comme cela est le cas au Pays Basque sud.
- Olentzero est  pourtant un personnage ancien...
- Oui, mais nous n’avons rien de la sorte ici...

Alors, travaillant à l’ikastola d’Arcangues, je me suis dit : « Tiens, il faut que je réintroduise ici le personnage d’Olentzero, il fait partie de notre tradition... »

Je travaillais à l’ikastola tous les jours, sauf le jeudi après-midi où  je gardais quand même un certain nombre d’enfants ; ce qui me donnait l’occasion de leur apprendre  des chants basques, des danses, des poèmes. Yann Trellu venait également leur commenter  des diapositives sur la faune et les oiseaux.

Je décidai un jour d’aller à Ordizia acheter pour chaque enfant  une paire d’ abarkas ainsi que la tenue vestimentaire basque, afin que nous célébrions Olentzero à Arcangues. Et un dimanche de décembre 1971, je me  « jetai à l’eau ». Auparavant, je demandai à Gallastegi (parent d’élève ) :

- M’aiderais-tu à sortir à cette occasion un document qui explique qui est Olentzero ?

Il imprima des petits  documents, j’enseignai de mon côté quelques chants aux enfants et nous sortîmes sur la place publique.

Quelle ne fut pas l’étonnement des  gens d’Arcangues  quand ils  sortirent de la messe : une cinquantaine d’enfants de Bayonne, Biarritz, Arbonne  se trouvaient là, chantant et célébrant Olentzero :

- Quel étrange personnage nous ont-ils amené là ?

Nous en profitâmes pour distribuer nos documents.

L’année suivante, le marquis d’Arcangues nous prêta son âne, Xan Etcheverria le guida d’une main de maître accompagné d’un jeune garçon de l’ikastola.

Avec cet âne, nous allâmes jusqu’à Bayonne. Quand il mourut, nous continuâmes notre tournée en tracteur, tous les dimanches de décembre, quartier par quartier, un enfant continuant de jouer  le rôle d’Olentzero.

Il y avait ensuite la question des cadeaux. Moi j’aime bien faire des petits cadeaux aux enfants.  Nous savons qu'Olentzero portait traditionnellement la lumière et le soleil. En accord avec un parent d'Ikastola, d'abord ce fut Housset, puis Sarosquy, ensuite Apesteguy, Olentzero frappait à sa porte, le parent en question lui donnait des cadeaux pour les enfants.

Ce même jour,  les enfants de l’ikastola de Biarritz apportaient du chocolat, ceux d'Arbonne des gâteaux etc. et nous faisions un agréable goûter avec la visite d'Olentzero qui apportait un petit cadeau à chaque enfant.

C’est ainsi qu’ils apprirent qui était Olentzero, quelqu’un qui apportait des cadeaux, mais surtout de la lumière et du soleil. C’est ainsi que la tradition d’Olentzero s’est peu  à peu, à travers les ikastolas,  répandu au Pays Basque.

Olentzero se célébrait également à Hendaye, sous l’influence de réfugiés de la guerre civile, mais il semblerait que l’impact de la manifestation se soit limitée  à l’association qui la portait et à un monde adulte. Olentzero se fêtait aussi à Sare. Mais la tradition était localisée à certains endroits."

Témoin(s) : Libe Goñi Garate

Commune : Bayonne

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 02-08-2013

Durée : 0:04:46

Référence : 193-13

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19 AV 908

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-910

Thème(s) : Personnages, Contes, mythes et histoires, Seaska, fédération des ikastola du Pays Basque nord


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Libe Goñi Garate

Libe Goñi Garate est née le 7 juin 1947 en Navarre dans le village natal de son père, à Oteiza de La Solana. Sa mère, originaire de Zarautz est institutrice. La famille s'installe à Lazkao (Guipuzcoa) en 1950. 
C'est à l'école publique de ce village que Libe entame ses études (1953-1957). Elle poursuit ses études secondaires à Ordizia (1957-1961), et à Saint-Sébastien au collège des franciscains de Montpellier (1961-1962). Elle entre à l'école normale de cette même ville en 1962 et achève ses études à la fin de l'année 1966. 
Elle effectue son stage professionnel de l'école normale avec Elbira Zipitria (initiatrice des ikastolas en Guipuzcoa) et se perfectionne durant une année supplémentaire au centre de formation des institutrices basques du quartier Gros, dirigé par Paquita Arregi, où elle suit les cours pratiques de Karmele Esnal. Elle prend la direction de l'ikastola d'Andoain de 1966 à 1968, mais elle est obligée de fuir vers le Pays basque français en 1969. 
Libe Goñi Garate est l'institutrice de la première ikastola qui, créée à Bayonne en 1969, s'implante à Arcangues en janvier 1970. A partir de 1980, elle poursuit sa carrière à l'ikastola de Bayonne et la finit à celle d'Anglet (2001-2007). 
Mariée en 1971, Libe est mère de trois enfants. 

Si Libe symbolise aujourd'hui les débuts de l'enseignement immersif en langue basque en Pays basque français, son apport culturel va bien au delà. Elle contribue, dès 1971, à la renaissance de la tradition d'Olentzero. Ce personnage représenté par un charbonnier, lié à la période nommée Olentzaro et aux fêtes païennes du solstice d'hiver, annonce que la longue nuit de l'hiver va laisser place au soleil. La coutume donne lieu à une quête effectuée de maison en maison durant laquelle les jeunes entonnent des chansons particulières.

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.