La réputation du musicien

Partisan du diable ou du nationalisme, le musicien a toujours quelque peu perturbé le consensus social. Lorsque Henri Uhaldeborde était enfant, la musique devait s'arrêter à l'angélus. Il se souvient qu'une année les musiciens continuèrent un peu. Le curé vint et fit arrêter la musique. Autrefois, les prêtres disaient "musiciens, amis du diable". Mais Henri ne l'a jamais entendu durant sa carrière de musicien. Il se rappelle que la formation de Beñat Galtxetaburu a été la première et la seule à jouer toutes les danses. Par ailleurs, beaucoup traitaient les membres du groupe de Beñat de nationalistes basques. Cela aussi a fini par passer.


Cette séquence (en partie ou en intégralité) a été utilisée dans un montage vidéo/sonore: Henri Uhaldeborde : les bals jusqu'au début des années 1970


Témoin(s) : Peio Jaury, Henri Uhaldeborde

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collections de témoignage(s):

Collecteur(s) : Terexa Lekumberri

Date : 16-02-2012

Durée : 0:01:54

Référence : 142-19

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19AV199

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-199

Thème(s) : Serviteurs d'église, Chant et musique, Les positions de l'Église


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.