393 - Marie-Hélène Baradat

Le média correspondant à cet enregistrement n'est, pour le moment, pas disponible en intégralité en ligne. Il se peut cependant que certaines de ses séquences le soient (voir plus bas). Contactez-nous afin d'obtenir davantage d'informations.

Marie-Hélène Baradat évoque sa tante Mayie Harignordoquy, une des premières en France à exercer la profession d'assistante sociale. Pour évoquer sa vie et la manière dont elle a exercé son métier en vallée de Baigorri de 1953 à 1973, elle s'appuie sur ses propres souvenirs mais surtout sur les archives professionnelles de sa tante, désormais en sa possession.

Mayie Harignordoquy est née le 26 mai 1908 à Saint-Étienne-de-Baïgorry dans une fratrie de 5 enfants dont elle est l'aînée. Le père est sandalier, la mère au foyer. Son père a fait la guerre de 1914-1918. Mayie a vécu seule avec sa mère durant ce laps de temps. Elle garde des souvenirs de cette guerre dont la grippe espagnole qu’elle attrapa en 1917 et dont elle se guérit.

Après sa scolarité à Ustaritz, elle part jeune fille à Saint-Sébastien (Guipuzcoa) comme préceptrice auprès des enfants d’une famille aisée. Elle revient au village natal au moment de la guerre civile en Espagne, en 1936.

Elle trouve un emploi auprès d’un médecin à Saint-Palais et l’assiste lors des consultations des nourrissons. Voyant l’intérêt qu’elle porte à ce travail, il lui conseille de se professionnaliser et d’obtenir un diplôme d’auxiliaire sociale qui vient d’être créé en 1938 résultant de la fusion entre les diplômes d’infirmière visiteuse et d’assistante sociale. Diplôme qui se faisait en deux ans, la première année étant commune aux deux orientations.
Elle se spécialise dans les soins aux enfants et passe pour cela un an à l’hôpital Necker à Paris.

1941-1953 : assistante sociale de la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) à Saint-Palais
Elle revient à Saint-Palais pour exercer son activité professionnelle d’abord en lien avec le médecin qui l’avait conseillée puis dans le cadre des services qui commencent à structurer l’action sociale au niveau départemental. Elle sera l’une des premières assistantes sociales salariées de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et restera en poste à Saint-Palais jusqu’en 1953. Elle parcourait le canton à vélo pour visiter les familles et assurer un diagnostic social et familial précédant le médecin lorsqu’un diagnostic médical était nécessaire. Son premier champ d’action était le suivi des nourrissons.

1953-1973 : assistance sociale à Saint-Étienne-de-Baïgorry
Elle est nommée ensuite dans le canton de Baigorri afin de pouvoir conjointement s’occuper de son père veuf. Elle y exercera jusqu’en 1973 où elle atteint l’âge de la retraite. Elle tenait des permanences à Saint-Jean-Pied-de-Port, recevait à son domicile à toute heure de la journée, sa porte étant toujours ouverte (ils étaient à l’aise avec elle parce qu’elle parlait basque, ils venaient avec champignons, poulets) mais surtout elle parcourait la montagne à la rencontre des familles isolées. Les gens la considéraient comme une amie, non comme quelqu’un de l’administration. Elle traduisait Le Sillon, la revue de la MSA, aux agriculteurs.

Les cahiers de notes qu’elle tenait lors de ses permanences et pour chacune des familles où elle notait les naissances, la scolarité des enfants et des jeunes, les informations pour les dossiers de retraites, les problèmes familiaux rencontrés, les maladies et accidents, s’ils servaient avant tout de base aux demandes d’aide sociale, retracent véritablement un pan de l’histoire humaine de ce canton. Son statut de pionnière dans ce métier d’assistante sociale, à un moment où cette profession commençait à se structurer en lien avec l’évolution des lois sociales (sécurité sociale, assurances, allocations, retraites) lui a permis de l’aborder avec une grande liberté d’intervention toujours au bénéfice des familles. Elle gardera cette liberté d’action, qui traduit également un trait de son caractère jusqu’à sa retraite.

Elle continuera à être active dans le cadre de l’action sociale coordonnée par la municipalité de Saint-Étienne-de-Baïgorry jusqu’à plus de 80 ans.

Elle décède le 12 avril 2013 dans sa 105ème année en ayant gardé jusqu'à la fin, toute sa lucidité et son tempérament.


Langue : Français

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Oralité en Basse-Navarre : Garazi-Baigorri

Collecteur(s) : Euskal Kultura Erakundea

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 13 AV 1348-1359

Lieu de captation: Saint-Étienne-de-Baïgorry

Date : 25-06-2021

Durée : 0:46:12

Type de média : Vidéo

Thèmes : Femme, Maternité, Naissances, Vie rurale, Les femmes et le monde du travail (hors du foyer), Assistance sociale


Séquences


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque (sur rendez-vous). Il le sera aussi, à terme, dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous).

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.