L'enseignant Batista Bürgübürü

Le média correspondant à cette séquence n'est pour le moment pas disponible en ligne. Contactez-nous afin d'obtenir davantage d'informations.

Témoin(s) : Arnaud Bordaçarre "Allandu"

Commune : Trois-Villes

Fonds d'archives : Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques

Collection(s) : Danse basque

Collecteur(s) : Maddi Oihenart

Date : 16-05-2013

Durée : 0:02:07

Référence : 183-6

Code du Pôle d'Archives de Bayonne et du Pays Basque : 19AV1128

Lien externe : http://earchives.le64.fr/ead.html?id=FRAD064_IR0643&c=FRAD064_IR0643_de-1130

Thème(s) : Personnages, Danse souletine, Danse et transmission


Droits et conditions de reproduction

© Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales

Tous droits réservés. Le témoignage est consultable dans son intégralité au siège de l'Institut culturel basque à Ustaritz (sur rendez-vous au 05 59 93 38 70 ou en adressant un message à l'adresse kontsulta@eke.eus) mais aussi dans les salles de recherches des Archives départementales à Bayonne et à Pau (là encore sur rendez-vous - Pour en savoir plus : earchives.le64.fr).

Arnaud Bordaçarre (Allandu)

Arnaud dit Allandu Bordaçarre est né le 25 avril 1936 à Trois-Villes, à la ferme Etxahunea, illustre maison rendu célèbre par son père, Pierre Bordaçarre dit Etxahun-Iruri, poète paysan autodidacte renommé. Scolarisé à l'école du village jusqu'à douze ans, Allandu effectue ensuite les deux années de fin d'études obligatoires à Tardets, en compagnie de jeunes des villages voisins, notamment d'Alos-Sibas-Abense et de Laguinge-Restoue. Il y est initié à la danse basque par M. Darrière, un enseignant béarnais. Bien que l'usage de la langue basque soit interdite à l'école, les élèves apprennent le chant basque, notamment les chants d'Etxahun-Iruri. À l'âge de seize ans, il devient l'assistant errejent de Léon Salaber, pour la pastorale Abraham, et d'emblée se passionne pour la danse souletine. Repéré par le maître de danse Batista Bürgübürü, il intègre l'école de Beñat Elgoyen à Tardets en 1952. Il fait la connaissance des meilleurs danseurs, chanteurs et musiciens de l'époque. Les pratiques dansées sont autant d'occasions pour les souletins de se produire dans diverses manifestations, que ce soit au Pays basque ou au-delà. C'est ainsi que le duo de chanteurs, qu'Allandu forme avec Dominique Laxagueborde "Etchandyber", interprète les compositions d'Etxahun-Iruri. Ce dernier, auteur-compositeur, chanteur, koblakari (improvisateur), auteur de neuf pastorales et symbole du renouveau de cette forme théâtrale, est l'une des figures les plus célèbres que la Soule a connues. À cet égard, le témoignage que porte Allandu sur son père est précieux. Allandu Bordaçarre a été l'un des informateurs souletins du chercheur Jean-Michel Guilcher. Il est un excellent conteur qui aime partager ses expériences, riches de rencontres et d'échanges. Il conclut son témoignage en exécutant des pas et points souletins, notamment des antrexat peu dansés aujourd'hui, soulignant également l'importance des nuances dans la musique d'accompagnement

Développé par CodeSyntax. CMS : Django.